Fonctionnaires: brassage public privé

L’UNEDIC sort du rouge
8 avril 2018
RSA: à quand une évolution positive?
8 avril 2018

Fonctionnaires: brassage public privé

Le dossier de presse du premier Comité interministériel de la transformation publique (Action publique 2022) publié en février 2018 mentionnait déjà un élargissement du recrutement de contractuels sur les emplois d’encadrement supérieur de la fonction publique et sur les emplois qui ne relèveraient pas d’une spécificité propre au service public. Il prévoyait également d’encourager les allers et retours entre secteur public et secteur privé, dans le respect des règles de déontologie. L’annonce a été ensuite complétée : le projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », qui est préparé pour la fin du mois d’avril et qui portera sur la réforme de la formation professionnelle, l’extension de l’assurance chômage, les relations en ce domaine entre les partenaires sociaux et l’Etat et la réforme de l’apprentissage, comportera une disposition intéressant les fonctionnaires : s’ils partent en disponibilité dans le secteur privé, il garderont 5 ans leurs droits à avancement dans leur corps d’origine alors que jusqu’à présent, ils les perdaient. Il semble bien que de ce fait, le gouvernement envisage de tenir compte de la période d’activité privée pour les avancements de grade. Comment interpréter ces dispositions ? Elles sont ambivalentes : elles témoignent sans aucun doute d’une vision quelque peu négative des fonctionnaires : l’apport des méthodes du privé devrait leur faire du bien, l’efficacité des méthodes étant irremplaçable ! Mais elles ont un aspect plus positif : elles appellent au brassage et à la fin de la culture de l’entre-soi de la fonction publique. Quant à leur efficacité pratique, elle risque d’être faible : il est assez douteux que des contractuels de très haut niveau aient envie de s’investir longtemps dans des emplois publics et il et assez douteux que de très nombreux fonctionnaires aillent faire un tour dans le privé, qui peut-être, au demeurant, leur préférera d’autres candidats. Au final, c’est presque dommage…